Observatoire Marseille

Uranus et Neptune

Uranus est la septième planète à partir du Soleil et la troisième plus grosse du système solaire. Elle fut découverte par William Herschel en 1781. Elle a un diamètre équatorial de 51,800 kilomètres (32,190 milles) et orbite autour du Soleil en 84,01 années terrestres. Sa distance moyenne au Soleil est de 2,87 milliards de kilometres (1,78 milliards de milles). La durée un jour sur Uranus est de 17 heures 14 minutes. Uranus a au moins 15 lunes. Les deux plus grandes lunes, Titania et Oberon, ont été découvertes par William Herschel en 1787.

L'atmosphère d'Uranus de se compose de 83% d'hydrogène, 15% d'hélium, 2% de méthane et d'un peu d'acétylène et autres hydrocarbures. Le méthane dans l'atmosphère supérieure absorbe la lumière rouge, donnant à Uranus sa couleur bleu-vert. L'atmosphère est formée de nuages dont la latitude est constante, de façon similaire aux bandes latitudinales plus vives que l'on voit sur Jupiter et Saturne. Les vents aux latitudes moyennes sur Uranus soufflent dans la direction de la rotation de la planète. Ces vents soufflent à des vitesses de 40 à 160 mètres par seconde (90 à 360 milles à l'heure). Les expériences scientifiques par radio ont trouvé des vents d'environ 100 mètres par seconde soufflant dans la direction opposée à l'équateur.

Uranus se distinge par le fait qu'elle est très inclinée. On pense que sa position peu commune est le résultat d'une collision avec un corps planétaire tôt dans l'histoire du système solaire. Voyager 2 a démontré qu'une des influences les plus saisissantes de cette position latérale est son effet sur la queue du champ magnétique, qui lui-même est incliné de 60 degrés sur l'axe de rotation de la planète. Il a été démontré que la queue du champ magnétique est tordue par la rotation de la planète en un long tire-bouchon derrière elle. L'océan d'eau et d'ammoniaque, extrêmement pressurisée et conductrice qu'on pensait se trouver entre le noyau et l'atmosphère semble maintenant être inexistante. On croit que les champs magnétiques de la Terre et des autres planètes résultent des courants électriques produits dans leurs noyaux en fusion. 


Spectre Uranus

ces spectres ont été réalisé dans la nuit du 26/0/2014 vers 23h.il a été utilisé le spectrographe alpy 600 monté sur C8 et une camera acquisition ccd starlight superstar avec pose unitaire de 90 s pour uranus et 180 s pour neptune.
nous observons dans les deux cas des bandes absorptions significatives.La lumière émise par le soleil est réfléchi par ces planètes laissant apparaitre les compositions principales.


spectre uranus en bleue, en rouge une étoile proche BSC8781 dont les emissions caractéristiques permettent un calibrage précis.

SPECTRE NEPTUNE
Plus difficile à réaliser que celui d'Uranus, il laisse apparaitre la lumière du fond du ciel non négligeable.
Le spectre est traité par visualspect en divisant par le spectre du ciel éclairé, le résultat est précis il montre des bandes d'absorption similaire à Uranus.

Spectre Neptune

Alpy 600 sur C8 180s
Aprés traitement

Comparaison URANUS et NEPTUNE

URANUS en rouge, Neptune en bleue
compte tenu que le spectre est multiplié(x10)  nous voyons par comparaison que Neptune possede moins de méthane et Helium qu'Uranus.
Il serait interessant de mener cette étude en haute résolution (R=20000)