Observatoire Marseille

C 2010S1

Comète C/2011 L4 Panstarrs

photographiée le 14/04/2013 à plus de 60 millions de Km elle a une magnitude de 6 elle est circumpolaire elle passera le 28 mai prés de l'étoile polaire et visible au télescope à des magnitudes supérieures à 8.

L'eau est un constituant essentiel des comètes
Les comètes sont des petits corps du système solaire, d'une taille de l'ordre de quelques kilomètres, constitués essentiellement de glaces et de roches. Comme les planètes, elles sont soumises au champ de gravitation solaire. Elles se déplacent sur des orbites très excentriques, qui les emmènent, dans certains cas, à de très grandes distances du Soleil, au-delà de l'orbite des planètes géantes.

Loin du Soleil, les comètes ne sont constituées que de leur noyau, ce qui les rend inaccessibles à l'observation. Mais lorsqu'une comète se rapproche du Soleil, la température superficielle de son noyau s'élève et ses glaces se subliment, entraînant l'éjection de gaz et de poussières. Ce sont ces poussières qu'il est alors possible d'observer depuis la Terre car elles diffusent la lumière solaire. On voit ainsi apparaître une "chevelure" qui s'étend au fur et à mesure que la comète se rapproche du Soleil. Puis on voit parfois se dessiner deux queues : l'une, large et incurvée, due à des poussières qui diffusent la lumière solaire ; l'autre, étroite et rectiligne, due à des gaz ionisés dont la fluorescence est excitée par le rayonnement solaire.

L'analyse à distance, par spectroscopie, du nuage de gaz qui s'échappe des noyaux cométaires nous permet d'en déduire la composition. L'essentiel est de l'eau (environ 80 % en nombre de molécules), suivi par le monoxyde et le dioxyde de carbone (CO et CO2), le méthanol (CH3OH), le formaldéhyde (H2CO), l'ammoniac (NH3), le sulfure d'hydrogène (H2S), des hydrocarbures (méthane CH4, acétylène C2H2, éthane C2H6). D'autres molécules, des molécules soufrées, des cyanures et des molécules organiques plus complexes, sont détectées à l'état de traces. Cette composition, qui retrace celle des glaces cométaires, ressemble fort à celle observée pour les glaces interstellaires.

spectre réalisé avec un C8 reseau 200T/mm début avril 2013 Mag6, puis le 24/04 , puis le 23/05 mag8

et enfin au C14 Mag 9.5 le 29/05

ces spectres permettent d'identifier des composants

c'est une lumière de reflexion et non émise par réaction nucléaire comme les étoiles.
l'identification est plus complexe mais réalisable partiellemet.

L'utilisation de l'UV, la radioastronomie apportent des résultats complémentaires.
La sonde envoyée et accrochée à la comète est le meilleur moyen(Rozetta)

Img-Comete L4 Panstarrs.bmp

fichier de spectre à télécharger

pour traiter un fichier de spectre et retrouver le spectre.

à télécharger et ouvrir avec Prism ou visualspec

Img-comete sur fente1.cpa

Evolution spectre comète

photo de mesure